Patrimoine : impacts économiques et patrimoniaux de Trump

Posted · Add Comment
Donald Trump a été élu le 45ème président des Etats-Unis : quelles optimisations pour l’allocation d’actifs de votre patrimoine ?

Une large victoire avec une majorité au Congrès, au Sénat et à la Chambre des représentants, qui lui permettra théoriquement de réformer. Il pourra si besoin être restreint dans ses mouvements par les systèmes américains de contrôle et de contre-pouvoirs (notamment la Cour suprême).

usa-trump_0

Essayons d’y voir cependant plus clair sur son projet économique :
  • Une forte baisse d’impôts pour relancer la consommation et redonner de la marge aux entreprises.
  • Des dépenses d’infrastructures, de gros travaux et de défense qui vont être considérablement augmentées.
  • Un protectionnisme assumé avec la remise en cause de traités de libre-échange, l’élévation des barrières douanières et l’expulsions de millions de travailleurs illégaux.
Les impacts potentiels financiers et économiques :
  • Un PIB américain qui pèse 23% du PIB mondial (4% pour l’UK et leur « Brexit »).
  • Un creusement massif du déficit budgétaire (5,3 milliards de dollars selon les estimations), le fameux « relèvement du plafond de la dette » sera très bientôt mis sur la table du Congrès.
  • Une hausse conséquente de l’inflation est attendue.
  • Une hausse des taux directeurs de la Fed prévue en décembre 2016 qui devrait être enclenchée malgré cette phase d’incertitudes.

Nous avons ainsi déjà vécu une nuit du 08 novembre riche en rebondissements financiers : alors que le consensus des analystes prévoyait une chute d’environ 10% des indices actions causée par les perspectives négatives des effets du protectionnisme, les investisseurs ont surtout retenu les aspects positifs potentiels de son programme de relance à la Keynes en plébiscitant les marchés actions (« rally » de hausse attendue jusqu’à la fin d’année).

Prédomine donc aujourd’hui le « Trump Jump » ou euphorie faisant toucher les indices actions US à leurs niveaux records. Mais les incertitudes multiples quant au financement de ses réformes ont déjà fait grimpé les taux et le dollar, créant déjà les premières tensions sur les marchés obligataires.

De plus, si Trump confirme ses réformes anti-libérales, des phases de forte volatilité impacterons sans aucun doute encore les marchés (baisse des indices actions, hausse des primes de risques, hausse de l’or…).

Sans oublier que les Etats-Unis sont sans doute en fin de cycle de reflation (cycle de hausse de la croissance et de l’inflation entamé depuis 2009), ils devraient ainsi rentrer pendant son mandat présidentiel en ralentissement via le cycle de stagflation (cycle de baisse de la croissance et de hausse de l’inflation).

Les impacts sur la croissance et l’inflation mondiale, les classes d’actifs, et particulièrement sur l’économie européenne sont donc à surveiller de près.

La stratégie d’allocation d’actifs de votre patrimoine et de vos investissements est donc à adapter :
  • Eviter les thématiques sensibles aux hausses de taux (obligations…).
  • Revenir sur les actifs inflationnistes ou bénéficiant des hausses des taux (matières premières, secteur énergie, financier…).
  • Incorporer des stratégies défensives décorrélantes (or, immobilier non coté, capital-investissement non coté, stratégies d’arbitrages, d’obligations à échéance, d’options…).
  • Profiter des points d’entrée offerts par la volatilité des marchés (actions…).

Par Anthony Calci, conseiller en gestion de patrimoine indépendant CGPI

Anthony Calci

Anthony Calci

Conseiller en gestion de patrimoine (CGP),
stratégiste en investissement financier et immobilier
Anthony Calci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
PageLines