Crise de l’Euro 2012 : Comprendre les réponses de l’UE avec l’IIEA

Accueil >> Gestion de Patrimoine >> Politique >>

Comprendre la crise de l’euro et expliquer les réponses de l’Union Européenne (UE) grâce à l’infographe de l’IIEA.

Peut-être avez-vous déjà croisé ce bel infographe sur les « Réponses de l’UE apportées à la crise de l’euro » ? L’IIEA en a largement fait sa promotion en le diffusant partout en publicité sur internet. J’ai eu envie de vous le décortiquer en effectuant sa traduction afin de le rendre plus accessible à tous.

L’Institute of International and European Affairs (IIEA), www.iiea.com, est une organisation indépendante à but non lucratif irlandaise qui se définit comme un « think tank » (laboratoire d’idées) irlandais et qui réalise des programmes de recherche sur les solutions et les options à apporter aux membres de l’UE afin de les aider dans leurs décisions politiques. Même si je pense que l’IEEA sert surtout l’Irlande à faire du lobbying en faveur de son économie et de ses entreprises.

Le cercle vicieux de la crise de l’euro

crise de l'euro

L’IIEA montre ici les 3 principales causes de l’actuelle crise de l’euro :

  • Un faible secteur financier
  • Une faible économie réelle
  • De faibles gouvernements

Et leurs conséquences :

  • Plus faibles revenus obligataires
  • Sauvetages dans les secteurs financiers et bancaires
  • Financements restrictifs pour l’économie réelle
  • Faible demande de l’économie réelle au secteur financier
  • Baisse des revenus fiscaux
  • Austérité budgétaire et hausse d’impôts

Les réponses déjà engagées de l’Union Européenne pour résoudre la crise de l’euro

Entériné en mars 2011, le « Pacte européen de compétitivité » est la nouvelle version plus contraignante du Pacte de stabilité et de croissance (qui n’a pas fonctionné) mis en place à l’initiative de la France et de l’Allemagne par l’intermédiaire de N. Sarkozy et d’A. Merkel.

Ce Pacte est souvent dénoncé par les pertes de souveraineté des politiques budgétaires et financières des Etats par l’UE (notamment par l’Allemagne « Euroland ») qu’il propose. Il vise ainsi à « coordonner les politiques fiscales » par le biais de 4 objectifs :

  1. Renforcer la stabilité du secteur financier, par des « stress tests » sur les banques privées et par de nouvelles lois encadrant le secteur financier
  2. Stress Test Bancaire
    Afin d’identifier les banques européennes qui nécessitent une surveillance accrue, une restructuration ou une augmentation de capital.

    Nouvelles règles pour réguler la Finance de marché

  • Pratiques de rémunérations des traders ou des dirigeants
  • Investissement dans les entreprises
  • Hedge funds
  • Agences de notation (Moody’s, Standard & Poor’s…), qui décident qui garde ou qui ne garde pas son triple A par exemple…
  • Credit Default Swaps (CDS), équivalent à des contrats d’assurance sur les obligations, très décriés, qui permettent d’une façon détournée de spéculer sur les dettes souveraines des Etats (directement liées à la note des agences de notation)
  • Vente à découvert
  • En moindre mesure, réforme plus importante des agences de notation, des secteurs de l’audit et de la comptabilité, des abus de marché, des dérivés, des besoins en capitaux et de la protection des investissements de la vente en détails

Supervision financière
Un nouveau système de supervision qui permet d’identifier rapidement un potentiel problème financier ou bancaire.

  • Renforcer la stabilité budgétaire des pays, par des sanctions si l’objectif de 3% du PIB de déficit annuel n’est pas respecté et par des réformes sur la sécurité sociale des Etats, notamment sur les retraites
  • Sanctions aux Etats qui ne respectent pas l’objectif de 3% du PIB de déficit annuel

  • Aider l’emploi, par des réformes sur les marchés du travail, de la formation et sur la fiscalité du travail
  • Améliorer la compétitivité, par des mesures sur la production et sur les salaires
  • Relancer et renforcer l’économie européenne

    L’Union Européenne (UE) a également mis en place un large plan pour coordonner et redresser l’économie de la zone euro en agissant sur la mobilité des travailleurs, la fiscalité, la propriété intellectuelle ou la taxation des énergies.

    L’UE s’est également fixée pour 2012 des objectifs sur l’emploi, l’éducation, la recherche et le développement, la pauvreté, l’énergie et le climat.

    Pour aller plus loin que la réduction de la dette et des déficits, une « carte de scores » pour chacun des Etats européens portant sur des indicateurs tels le chômage, l’économie, la dette privée, la compétitivité, la productivité et les comptes.
    Pour 2012, quelles prochaines mesures ?

    L’IIEA liste plusieurs propositions et préconisations sur les prochaines mesures politiques à adopter pour améliorer l’économie et la gouvernance de l’Union Européenne

    Un Impact Fiscal

    • Un nouveau président de l’EU, élu par les dirigeants européens
    • Un objectif annuel de déficit de 0,5% du PIB (contre 3% aujourd’hui)
    • Des sanctions en cas de non-respect de cet objectif de réduction des déficits

    D’autres solutions que préconise l’IIEA

    • Instauration d’une taxe financière sur les transactions (Taxe « Tobin ») qui irait de 0,1% à 0,01% et qui pourrait rapporter 55 milliards par an
    • Partage des pertes financières au niveau de l’Europe en cas de défaillance d’une banque ou d’un Etat
    • Création d’Eurobonds afin de mutualiser les dettes entre Etats de la zone Euro
    • Possibilité pour la Banque Centrale Européenne d’acheter les dettes souveraines des Etats européens (manière détourner de financer les Etats à moindre coût, mais actuellement interdit afin d’éviter tout risque d’inflation…)
    • Coordination plus profonde des politiques économiques et fiscales entre Etats, notamment par la création d’un Ministère Européen des Finances
    • Réelle union fiscale des 17 pays de la zone euro

    Si vous souhaitez en savoir plus sur ce que pense (personnellement) votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant sur l’actuelle crise européenne et sur les réponses à y apporter en 2012 et dans le futur, contactez-moi !

    Articles récents

    Apport-cession 2022 Holding : Réinvestir en 150-0 B Ter

    Quel est le fonctionnement du régime d’apport-cession du 150-0 B Ter du CGI en 2022 et ses obligations de remploi…

    12 janvier 2022

    Nos 12 meilleurs placements où investir en 2021

    Comment et où investir actuellement ? Quels placements 2021 conseillez-vous pendant cette crise sanitaire et économique ? Voilà les questions…

    18 novembre 2021

    Anthony Calci parle de gestion de patrimoine dans les médias

    Retrouvez ici toutes les interventions et interviews médias de notre cabinet de conseil en gestion de patrimoine Calci Patrimoine à…

    16 novembre 2021

    Inscriptions Webinaire Patrimonial n°11 : Impacts de l’inflation sur votre patrimoine et sélection d’actifs

    Notre cabinet organise avec Generali Investments son 10ème webinaire patrimonial en direct ce mardi 11 mai de 12h30 à 13h30…

    1 novembre 2021

    Calci Patrimoine intègre le classement de Décideurs Magazine

    Calci Patrimoine est désormais classé "Pratique réputée" dans Décideurs Magazine Nous avons le plaisir de vous annoncer que notre cabinet…

    15 septembre 2021

    PER 2021 Plan Epargne Retraite : Conseils, Ouvrir, Transférer

    Le succès du Plan d’épargne retraite PER en 2021, et depuis son lancement, ne se dément pas, particulièrement pour le…

    5 septembre 2021
    Anthony Calci

    Conseiller en gestion de patrimoine (CGP), stratégiste en investissement financier et immobilier

    Formulaire de la Sidebar
    • 0 of 500 max characters

    Prendre un RDV téléphonique


    Mathilde Valat, Aude Durand et Anthony Calci

    Interventions médias

    Emission Capital sur M6 (05-2019)
    Emission Le Quotidien de Yann Barthès (12-2018)

    Trophée « Révélation CGP » 2019

    Membre de Magnacarta

    Magnacarta est le groupement référence en gestion de patrimoine avec plus de 65 cabinets membres et 1,5 milliard d’actifs financiers clients sous gestion.

    Membre de l’Anacofi

    L’Anacofi est la première association professionnelle agréée AMF des Conseillers en gestion de patrimoine (CGP) avec 2000 membres.

    Nos agréments réglementaires

    • Conseiller en investissements financiers (CIF) n°E004591 référencé par l’Anacofi
    • Courtier en Assurance n°Orias 11062580
    • Intermédiaire en Transaction Immobilière n°​CPI75012018000025614
    • Compétence juridique appropriée (CJA), Master « Expert en Gestion de Patrimoine » de l’Aurep
    • Garantie financière et RCP de la compagnie MMA

    Les 4 étapes d’une mission patrimoniale

    1. Audit : découverte de votre situation et objectifs

    2. Préconisation : étude de plusieurs stratégies

    2. Mission : mise en place de la meilleure stratégie

    3. Suivi : accompagnement fiable et pérenne

    Une gestion de patrimoine innovante

    • Progiciel de simulation (BIG Harvest)
    • Souscription et gestion 100% internet
    • Agrégateur de comptes (Money Pitch)

    Avertissement

    Les informations contenues dans ce site ne constituent ni un conseil en investissement, ni une sollicitation à investir, ni une offre quelconque d’achat ou de vente. Les points de vue exprimés ne sont que le reflet d’une opinion de leurs auteurs et ne sauraient constituer un conseil de leur part, de la part de votre conseiller ou de celle de Calci Patrimoine. Aucune responsabilité ne saurait donc être engagée à quelque titre que ce soit. Nous attirons votre attention sur le fait que les dispositifs juridiques et fiscaux présentés sont susceptibles d’être modifiés ultérieurement en fonction des évolutions légales et réglementaires. Il est rappelé que préalablement à tout investissement il est recommandé de se rapprocher de votre conseiller habituel afin d’en évaluer le caractère adapté à votre situation et qu’il puisse vous exposer les modalités d’investissement et vous présenter les risques inhérents associés.