Capital-investissement : Comment investir via les FCPR ?

Grâce au capital-investissement ou « private equity », notamment via des fonds spécialisés en FCPR, vous pouvez soutenir la croissance d’entreprises non cotées, diversifier votre patrimoine et réaliser de potentielles plus-values à leur revente.

Sur les conseils de notre cabinet, vous pouvez aujourd’hui aussi bien y investir en tant que particulier ou via votre holding, où certains FCPR sont éligibles à l’apport-cession du 150-0 B Ter : entreprises innovantes, start-up, infrastructures, immobilier, entreprises industrielles…

Toutes les stratégies et les secteurs d’investissement sont représentés par le private equity et nous réalisons pour votre la sélection parmi les meilleures sociétés de gestion : Eurazeo, Edmond de Rothschild, Ardian, Entrepreneur Invest, NextStage, Inter Invest et encore bien d’autres.

Les PME d’aujourd’hui ont en effet besoin de capitaux pour se développer en lançant de nouveaux produits ou de nouveaux points de vente, innover, faire des acquisitions, recruter ou se déployer à l’international.

Trois principaux modes de financement s’offrent à ces entreprises en expansion :

  • Les prêts bancaires, au taux bas mais aux conditions d’accès limitées.
  • Le marché coté, la bourse, transparent mais de nombreux facteurs externes.
  • Le « gré-à-gré » en non coté, le capital-investissement.

Ainsi, pourquoi intégrer le capital-investissement ou « private-equity » dans l’allocation d’actifs de votre patrimoine ?

Quelles stratégies financières ou immobilières, quels risques et rentabilités espérées, et surtout sur quels fonds et sociétés de choisir investir ?

Conseils pour investir en fonds de capital-investissement FCPR

Sélectionner les stratégies de private equity adaptées à vos objectifs

  • Votre principal objectif patrimonial sera de réaliser une plus-value non garantie à la cession des parts de votre fonds de capital-investissement.
  • Selon les durées cibles de détention de 5 à 10 ans, les participations dans les PME sont cédées par le fonds et les investisseurs récupèrent leur capital investi (avec plus ou moins-value selon la performance de la stratégie).
  • Vous n’avez donc pas besoin de générer de revenus (capitalisation) et pas besoin que le capital soit disponible pendant la durée de l’investissement.
  • Vous avez un profil investisseur « dynamique », car les rentabilités cibles nets de frais et non garanties vont de 6% à au-delà de 10% par an, selon les stratégies financières ou immobilières des gérants de fonds.

performances capital-investissement

Décorrélation des marchés boursiers du capital-investissement

  • Le capital-investissement permet particulièrement d’investir dans le capital d’entreprises non cotées en bourse, et donc d’être décorrélé des fluctuations des marchés financiers.
  • La valorisation des PME se fait dans le temps en fonction de procédures indépendantes et de critères objectifs (croissance du CA et des bénéfices, par le développement à l’international, nouveaux marchés…).

Stratégies financières et immobilières de private equity éprouvées

A chaque fonds de capital-investissement, sa stratégie et ses profils d’entreprises privilégiées : Des capitaux familiaux et business angels pour les start-ups, au capital développement pour les entreprises en hyper croissance

  • Du fait de son très bon rapport rendement/risque, avec l’immobilier c’est la classe d’actifs la plus pratiquée par les institutionnels et les grandes fortunes depuis de nombreuses années ; mais les investisseurs privés ont depuis peu accès à leurs stratégies de capital-investissement.
  • Les sociétés de gestion spécialisées possèdent de longs historiques de performance sur leurs stratégies de capital-investissement.
    • Du capital-amorçage, capital-risque, capital-développement au capital-transmission…
    • Stratégies de dettes privées : obligations non-cotées, LBO…
    • Opérations immobilières : promotion, rénovation / restructuration puis revente.
performances capital-investissement
Selon la dernière étude de France Invest et d’EY, le capital-investissement a généré 12,2% de rentabilité par an en moyenne sur la période 2007 à 2021.
Deux principales catégories de fonds de capital-investissement 
  • Les fonds à réduction d’impôt (FIP et FCPI), encadrés par la réglementation dans leur gestion et leurs critères de sélection des PME.
  • Les fonds spécialisés (FPS, FCPR, FPCI), libres dans leur gestion et stratégie d’investissement, disposant de meilleur rapport rendement/risque mais généralement disponible à partir de 100 000€ minimum d’investissement initial.
FIP et FCPI : réglementés, avec réduction d’IR ou ISF-IFI et exonération d’IR à la sortie
  • D’une part, une réduction d’impôt sur le revenu immédiate de 18% sur le montant investi : permet d’augmenter la rentabilité potentielle et/ou de compenser le risque de perte en capital.
  • En cas d’investissement en Corse ou Outre-mer, la réduction d’IR est relevé à 38%.
  • Avec en plafonnement des réductions d’IR :
    • 12 000€ pour un célibataire, soit une réduction maximale de 2 160€.
    • 24 000€ pour un couple marié, soit une réduction maximale de 4 320€.
    • Ces plafonds sont doublés en cas d’investissement cumulé dans des FIP et FCPI, soit 8 640€ pour une réduction d’IR de 18% € et 48 000€ max investis.
    • Soumis au plafond global des niches fiscales de 10 000€.
  • Ou une réduction d’ISF-IFI de 50% du montant investi, jusqu’à 18 000€ réduits pour un FIP et 45 000€ pour un mandat en « club deal ».
  • Et d’autre part, comme les FPS, FCPR et FPCI, une exonération d’IR des éventuelles plus-values.
PEA, FPS, FPCI et FCPR : libres, avec exonération d’IR à la sortie
  • Personnes physiques : exonération de l’impôt sur les plus-values après 5 ans de détention (hors prélèvements sociaux) ;
  • Personnes morales soumises à l’IS : imposition forfaitaire à 15% au lieu du taux IS normal.

Par Anthony Calci, conseiller en gestion de patrimoine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page