Assurance-vie au Luxembourg : Conseils pour investir en UC FID FAS

Posted · Add Comment
luxembourg-investir-assurance-vie
Couramment appelés « assurances-vie luxembourgeoises », les contrats d’assurance-vie (ou de capitalisation) commercialisés par les compagnies d’assurance situées au Luxembourg connaissent un fort succès en Europe, et particulièrement en France (premier pays collecteur avec 30% des primes).

Sur le principe et sur le fonctionnement très similaires aux assurances-vie françaises (avec fonds euros et Unités de compte en UC), les assurances-vie au Luxembourg disposent d’avantages indéniables pour les investisseurs soucieux de l’optimisation de leur patrimoine :

  • Une sécurité renforcée par leur réglementation,
  • Une adaptabilité internationale possible grâce à leur neutralité fiscale,
  • Et des modes de gestion financière pouvant être créés sur-mesure grâce aux Fonds internes dédiés (FID) et Fonds d’assurances spécialisés (FAS).

Toutefois, la souscription et l’investissement en contrat luxembourgeois confère certaines spécificités qui ne peuvent s’adapter à tous les profils d’épargnant – les conseils d’experts du patrimoine restent ainsi incontournables.

Cet article est la Première partie « Gestion Financière et Investissement de l’Assurance-vie au Luxembourg » du Guide en Cinq Parties « Pourquoi et comment incorporer les contrats luxembourgeois à votre patrimoine ? ».

  • Aller sur l’article de la 2ème partie du guide : Quelle protection du Luxembourg contre les faillites et la loi Sapin II ?
  • Aller sur l’article de la 3ème partie du guide : La fiscalité de l’assurance-vie au Luxembourg est-elle si avantageuse ?
  • Aller sur l’article de la 4ème partie du guide : Comparons objectivement l’assurance-vie au Luxembourg et en France
  • Aller sur l’article de la 5ème partie du guide : Comparons les contrats d’assurance-vie du Luxembourg
Historique du succès croissant de l’assurance-vie luxembourgeoise

Outre leurs atouts réglementaires, fiscaux et financiers, trois évènements chronologiques majeurs sont les raisons de cette démocratisation auprès des Français :

1/ Premier point d’entrée des contrats luxembourgeois en France, la directive européenne du 1er juillet 1994 a permis aux assureurs situés dans un Etat de l’espace économique européen (EEE) d’exercer leur activité en Libre prestation de service (LPS) dans d’autres pays membres.

2/ Les crises économiques et financières de 2008, puis des dettes des pays européens en 2011, ont créé chez les investisseurs un fort sentiment d’insécurité sur leurs avoirs. Les assureurs luxembourgeois ont ainsi vu leurs encours passés de 60 milliards d’euros en 2008 à 150 milliards d’euros en 2015.

3/ La loi française du 8 novembre 2016 dite « Sapin II » a accentué cette défiance en révélant au grand public les risques des assureurs français sur leurs actifs généraux (« fonds euros » à capital garanti), d’abord sur la chute inexorable des rendements (étroitement liée à celle des obligations d’Etat qui les composent), et surtout sur leur exposition aux risques de hausses des taux.

Quand on sait que près de 1600 milliards d’euros (dont 85% de fonds euros) sont détenus par les Français en assurance-vie, on mesure les enjeux que soulèvent ces contrats luxembourgeois en prenant une place grandissante dans les patrimoines.

Calci Patrimoine est un cabinet de conseil en gestion de patrimoine (CGP) situé à Paris, membre de Magnacarta (1er groupement français avec 60 cabinets et 1,2 milliards d’euros d’actifs gérés, 16 collaborateurs, avec le groupe Oddo CHF en tant qu’actionnaire institutionnel).

Notre métier consiste à vous accompagner en toute objectivité et indépendance dans la réalisation de vos stratégies d’optimisation civile et fiscale de votre patrimoine, d’allocation d’investissements immobiliers et de placements financiers, grâce à près des 200 meilleures partenaires bancaires, assurantiels, immobiliers, notaires, avocats et experts de la place, dont les plus grands assureurs luxembourgeois.

dl-brochure-calcipatrimoine

Investir en UC, FID et FAS dans une assurance-vie au Luxemmbourg

Investir en contrat luxembourgeois : surtout pour les épargnants internationaux ou fortunés ?

La gestion financière de l’assurance-vie luxembourgeoise est souvent perçue de façon simpliste comme « meilleure » que la française. Pourtant, en gestion conseillée, on retrouve les mêmes  OPCVM actions ou OPCVM obligataires dans chacune de leur gamme en Unités de compte.

Les trois seuls véritables avantages financiers des contrats du Luxembourg sur ceux de France sont en réalité de :

  • Permettre à certains de leurs contrats d’assurance-vie de choisir une devise de référence du contrat différente de l’Euro
  • De créer des fonds dédiés « sur-mesure » par des FID (ou FAS)
  • D’obtenir des conditions de financement plus souples en crédit patrimonial dit « Lombard ».

Quant aux assurances-vie françaises, elles permettent un accès bien plus simple à des fonds euros diversifiés ou à des supports immobiliers (SCPI, SCI), particulièrement recherchés par les épargnants au profil de risque plus prudent, moins avertis ou moins fortunés.

Fonds euros et Unités de compte en gestion conseillée par son CGP ou banquier

La stratégie financière en gestion « libre » ou « conseillée » se fait uniquement à travers une allocation en fonds euros (capital garanti) et/ou en unités de compte (capital non garanti – fonds externes cotés sur les marchés financiers : actions, obligations, matières premières…). À noter que l’investissement en euros est de plus en plus limité par les assureurs, du fait de leurs contraintes en termes de fonds propres de leurs risques obligataires en cas de hausse des taux.

Après avoir mis en place le contrat, c’est le gestionnaire de patrimoine (notre cabinet par exemple) ou le conseiller bancaire qui conseillera généralement le client (par son analyse de la conjoncture économique et financière) sur sa stratégie d’allocation d’actifs (sélection des fonds en unités de compte et répartition avec le fonds euros, suivi et arbitrages dans le temps) en fonction de son profil de risque (prudent, équilibré, dynamique).

Allocation USD UC Assurance-vie au Luxembourg

Source : Gestion conseillée Calci Patrimoine – Les performances passées ne présagent pas des performances futures

Pour expatriés ou frontaliers, l’aspect multidevises ou choisir une monnaie différente de l’Euro

Certains contrats d’assurance-vie au Luxembourg proposent de choisir une devise de référence différente de l’Euro : Dollar américain USD, Franc suisse CHF, Livre britannique GBP ou encore Yen japonais YEN.

Particulièrement utile pour les épargnants expatriés non-résidents qui vivent dans un pays qui utilise une de ces monnaies, ou qui utilise une monnaie fortement corrélée à une d’entre elles, elles permettent de minimiser les risques de taux de change que pourraient créer une épargne en Euro.

Dans un objectif de diversification des devises dans sa stratégie d’allocation d’actifs, un client résidant en zone Euro peut aussi trouver un sens économique à choisir une monnaie différente de l’Euro. Par exemple un frontalier vivant en France et travaillant en Suisse qui anticipe une hausse du CHF par rapport à la devise européenne.

Un univers d’investissement très large grâce aux fonds sur mesure FID ou FAS

Les fonds internes dédiés (FID)

À partir de 250 000€, tout détenteur de contrat d’assurance-vie ou de capitalisation luxembourgeois peut créer un fonds sur-mesure, exclusif au Luxembourg, appelé fonds interne dédié (FID).

Opposables à la gestion conseillée en Unités de compte où le CGP agit de concert avec le client, les FID permettent de déléguer intégralement à un établissement bancaire sa gestion d’actifs.

L’épargnant ne peut pas intervenir dans la gestion financière, sauf pour exposer son profil et objectifs au moment de la mise en place de la stratégie lors des échanges initiaux avec le gérant.

Quelques exemples de banques privées et sociétés de gestion situées au Luxembourg pouvant être mandatées dans un Fonds interne dédié : Société Générale Bank&Trust, Fuchs, Lazard…

Il est possible d’avoir plusieurs FID dans son contrat, donc plusieurs banques dépositaires et plusieurs gérants. Intéressant pour diversifier ses gestions, ses stratégies financières et ses risques.

Notez que les frais de mandat et frais de dépositaire du FID généralement autour d’1% HT par an se rajoutent aux frais de gestion du contrat d’assurance-vie luxembourgeois (qui rémunèrent l’assureur et le CGP, aussi autour d’1% par an). Ces frais de contrat luxembourgeois sont négociables en fonction des montants investis (en-dessous d’un million d’euros de capital, un contrat luxembourgeois est considéré comme petit pour un CGP ou une société de gestion).

Outre cette gestion déléguée et mandatée, l’atout économique que confèrent les FID sur les Unités de compte est simple : tout instrument financier peut y être intégré avec un FID de type C, comme des titres non cotés, fonds alternatifs ou fonds spécialisés, sociétés immobilières, stratégies d’options ou de devises… En réalité seuls les actifs immobiliers en direct ne peuvent pas être incorporés à un FID.

Mais l’accessibilité aux différents supports est accordée en fonction de la fortune personnelle du souscripteur et du montant investi, cinq catégories ont ainsi été mises en place par la Lettre circulaire 15/03 du Commissariat aux Assurances (CCA) : catégorie N par défaut, puis de la catégorie A à la catégorie D.

Cette catégorie D (qui demande un investissement minimum d’1 million d’euros auprès de l’assureur, et un actif net en valeur mobilière de 2,5 millions d’euros) est le pallier maximum qui permet d’avoir une gestion réellement différenciante par rapport à la gestion conseillée.

Même s’il est théoriquement possible pour un épargnant de demander à être surclassé, on comprend aisément que les FID auront surtout de l’intérêt pour les clients les plus fortunés qui pourront accéder aux actifs éligibles les plus larges grâce aux catégories les plus élevées.

Catégorie de Fonds internes dédiés

Investissement minimum

Fortune en valeurs mobilières supérieure ou égale à

FID de type A

125 000€

250 000€

FID de type B

250 000€

500 000€

FID de type C

250 000€

1 250 000€

FID de type D

1 000 000€

2 500 000€

Les fonds d’assurance spécialisés (FAS)

Le Fonds d’assurance spécialisé (FAS) est aussi un fonds sur-mesure, mais uniquement investi sur des supports passifs : SCPI, SCI, produits structurés, titres ayant vocation à être conservés… Le FAS ayant l’avantage par rapport aux FID d’éviter les frais annuels de mandat du gérant d’actifs, inutiles pour ce genre d’actifs en « buy and hold ».

Même s’ils figuraient déjà dans la Lettre Circulaire 15/03, les FAS ont été véritablement intronisés qu’en 2017. Ils n’ont donc pas encore été mis en place par tous les assureurs du Luxembourg. Ils apporteront incontestablement un atout de gestion financière de poids aux assurances-vie luxembourgeoises en facilitant l’accès à ces supports très demandés et à fais réduits par rapport aux FID.

Le crédit Lombard au Luxembourg à partir d’un million d’euros

En nantissant un compte-titres ou une assurance-vie, une banque privée prête une somme d’argent au client qui lui permettra de réaliser de nouveaux investissements et donc de bénéficier d’un effet de levier sur ses placements pris en garantie.

Exemple : avec 1 million d’euros nantis dans un FID d’assurance-vie au Luxembourg, la banque prête 500 000 euros à replacer à un taux de 1,5% en remboursement in fine 5 ans. Il pourra ainsi capitaliser 1,5 million d’euros pendant cette période.

Ce mécanisme du crédit patrimonial Lombard existe aussi en France, mais dans une forme bien moins souple qu’au Luxembourg. Avec une banque privée et une assurance-vie luxembourgeoise, il sera par exemple possible d’obtenir un crédit amortissable plutôt qu’in fine ; une durée de 15 ans plutôt que 5 ans ; ou encore financer des biens immobiliers locatifs hors France en zone Euro.

Accessible à partir d’un million d’euros, cette offre du Luxembourg s’adresse une nouvelle fois aux clients les plus haut de gamme.

offre FID SGBT Assurance-vie au Luxembourg

Source : Société Générale Private Banking – novembre 2017

Conclusion, une assurance-vie au Luxembourg qui n’est pas pour tous les épargnants

Pour que cet investissement en assurance-vie luxembourgeoise soit pertinent pour vous, il est très important de respecter un cadre patrimonial, c’est-à-dire avoir un profil et des objectifs en adéquation avec ses caractéristiques spécifiques.

  • Internationalité : idéal pour les clients à profil international (plusieurs nationalités dans le foyer), pour les frontaliers, les expatriés ou clients en projet d’expatriation (neutralité fiscale, critère de détermination de la résidence fiscale, multidevises).
  • Protection : une réglementation luxembourgeoise qui renforce la sécurité des souscripteurs et de leurs avoirs.
  • Catégorisation : intérêts pour les clients fortunés de créer une allocation financière sur-mesure via FID ou FAS (catégorie D avec des actifs mobiliers supérieurs à 2,5M€ et 1M€ minimum à placer).
  • Pertinence : les clients habitués aux supports prudents des contrats français pourraient être échaudés par la gestion financière des contrats luxembourgeois (accès restreint au fonds euros et aux supports immobiliers, ainsi qu’aux FID de type D).
  • Risques : diversification avec la réglementation de France (loi Sapin II) ou de la zone Euro (choix d’une devise différente).
  • Mutualisation : possibilité de mixer gestion conseillée, FID et FAS en un seul contrat, d’avoir plusieurs gérants et banques dépositaires.
  • Intermédiation : nécessité d’être conseiller par un interlocuteur de confiance pour choisir, mettre en place, gérer l’assurance-vie luxembourgeoise (gestionnaire de patrimoine indépendant, banquier privé, gérant d’actifs en FID…).
  • Contrats : choix de l’assureur luxembourgeois et de son contrat (Allianz Luxembourg, Cardif Lux Vie, Generali Luxembourg, Sogelife, CNP Luxembourg, etc.), appréhension de leur solidité, des modalités de souscription (minimum d’investissement initial, structure de frais, pays éligibles…), de leurs ressources humaines (qualité des équipes juridiques et du back-office).
Anthony Calci

Anthony Calci

Conseiller en gestion de patrimoine (CGP),
stratégiste en investissement financier et immobilier
Anthony Calci
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 
 
PageLines